Poilus de Rougiers
 
AUBREGAT Félix François (matricule n°242)
 
Il est né le 7 avril 1896 à Rougiers.
Chasseur au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins (2ème Armée De Curières de Castelnau, 15°Corps d'Armée Espinasse, 29°Division d'Infanterie Garbillet, 58°Bataillon d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 20 août 1914 à Dieuze (Moselle).
 
 
 
 
AUBREGAT Jules Léon (matricule n°428)
 
Fils de Grégoire Amédée Aubregat et de Victoire Marie Magdeleine Aubregat, il est né le 14 mars 1885 à Rougiers.
Cultivateur, il est incorporé le 8 octobre 1906 au 111ème Régiment d'Infanterie.
Le 11 avril 1908 il passe au 15ème Escadron du Train des Equipages.
Le 25 septembre 1908 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé pour la mobilisation générale il se présente au corps le 4 août 1914.
Il passe au 163ème Régiment d'Infanterie de Nice.
Le 28 mars 1916 il est porté disparu à Malancourt.
Fait prisonnier, il est détenu à Heilsberg.
Il est rapatrié d'Allemagne le 28 janvier 1919.
Il est démobilisé le 22 mars 1919. Il se retire à Rougiers.
 
AUBREGAT Julien Marius (matricule n°51)
 
Fils de Jean Baptiste Marius Aubregat et de Joséphine Cécile Rose Luquet, il est né le 20 octobre 1879 à Rougiers.
Cultivateur il est incorporé au 9ème Régiment de Hussards le 15 novembre 1900.
Le 18 novembre 1901 il est trompette.
Le 20 octobre 1903 il est renvoyé dans ses foyers.
Le 2 décembre 1910 il passe au 15ème Escadron du Train des Equipages Militaires
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 6 août 1914 après avoir assisté aux opérations de réquisition des bestiaux et voitures du 3 au 5 août.
Il décède des suites d'une maladie contractée en service le 16 septembre 1918 à l'ambulance 6/1 SP 213 d'Urbès (Haut-Rhin).
 
AUBREGAT Paul Marius (matricule n°2 352)
 
Fils de Amédée Aubregat et de Victorine Aubregat, il est né le 15 février 1882 à Rougiers.
Cultivateur, il est incorporé au 111ème Régiment d'Infanterie le 13 octobre 1904.
Il est renvoyé dans ses foyers le 18 septembre 1906.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 5 août 1914.
Il passe au Régiment d'Infanterie de Nice.
Soldat au 363ème Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 19 avril 1917 à Brimont (Marne).


Le 8 mai 1917 il est cité à l'ordre de la Brigade : "Soldat superbe de vaillance et d'énergie, tué en plein combat" - Croix de Guerre avec Etoile de BRONZE;
 
 
 
BARBAROUX Georges Germain
 

Fils de Joseph Léon Barbaroux et de Adélaïde Rose Fabre, il est né le 28 mars 1896 à Rougiers.
Boucher-charcutier, il est incorporé le 10 avril 1915 au 7ème Bataillon de Chasseurs à Pied.

Le 25 juin 1915 il passe à la 15ème Section des Commis Ouvriers Militaires de l'Administration.

Le 20 mars 1916 il passe au 112ème Régiment d'Infanterie.

Le 28 septembre 1916 il passe au 6ème Régiment d'Infanterie.

Le 12 septembre 1917 il est cité à l'ordre du Régiment :"Bon et brave soldat nettoyeur de tranchées. S'est fait remarquer par son courage en remplissant sa mission".

Il est nommé Caporal le 8 juillet 1918.

Le 21 août 1918 il est évacué, blessé aux fesses par éclat d'obus à Elencourt.

Il est nommé Sergent le 1 juin 1919.

Il est titulaire de :
- la Croix de Guerre avec étoile de bronze,
- la Médaille Militaire (1930).

 
BARBAROUX Henri Fernand Joseph
 

Fils de Clément Léon Barbaroux et de Marie Pauline Hermitte, il est né le 11 mars 1892 à Rougiers.
Le 7 octobre 1913, il est incorporé au 173ème Régiment d'Infanterie.

Le 26 août 1914 il est évacué, à la suite d'une blessure au nez par balle, à Mont-sur-Meurthe. Il revient le 25 septembre 1914.
Il est évacué, blessé par balle au bras gauche, le 27 décembre 1914 à Mouilly (Meuse). Il revient le 27 janvier 1915.Le 11 mai 1915, il est blessé par un éclat de grenade à l'oreille droite aux Eparges.

Le 26 juin 1915 il passe à la 15ème Section des Infirmiers Militaires.

Le 1 juillet 1915 il part avec l'armée d'Orient (Salonique).
Le 17 avril 1917 il est cité à l'ordre du Corps d'Armée : "Blessé comme soldat d'Infanterie, s'acquitte actuellement de son devoir d'infirmier avec le plus grand dévouement".
Le 18 novembre 1917 il passe à l'ambulance col mobile.
Il est de nouveau évacué, blessé à la jambe droite par un éclat d'obus à Monastir (Serbie), le 8 septembre 1918.
Il est cité à l'Ordre du Service de Santé de l'Armée d'Orient.

Il est démobilisé le 23 août 1919.

Il est :
- chevalier de la Légion d'Honneur (mai 1960),
- titulaire de la Médaille Militaire (mars 1936).

 
BARBAROUX Marcel André Victor
 

Il est né le 7 mai 1891 à Rougiers.
Cultivateur, il est incorporé au 112ème Régiment d'Infanterie le 8 octobre 1912.
Il est blessé le 8 septembre 1914 à Vassincourt.
Le 23 janvier 1916 il passe au 55ème Régiment d'Infanterie.
Il est de nouveau blessé par un éclat d'obus à l'arcade sourcilière droite le 2 juillet 1916 à la côte 304.
Le 19 août 1916 il part pour l'armée d'Orient.
Le 1 janvier 1917, il est en renfort du 372ème Régiment d'Infanterie.
Le 5 février 1917 il est blessé par un éclat d'obus au pied gauche, à la côte 1248, au nord de Monastir.
Le 16 décembre 1917 il passe au 3ème Régiment d'Infanterie Coloniale, puis au 4ème Régiment d'Infanterie Coloniale le 26 janvier 1919,
Il est cité à l'ordre du régiment : " Brave soldat courageux et intrépide. S'est porté à l'assaut des positions ennemies le 17 mars 1919 avec un élan merveilleux".
Il est démobilisé le 18 aout 1919.

Il est titulaire de la Médaille Militaire.

 
 
BARTHELEMY Victor Justinien Louis
 

Il est né le 21 juin 1889 à Allauch (Bouches-du-Rhône), mais domicilié à Rougiers.

Soldat au 112ème Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 20 août 1914 à Dieuze (Moselle).

Il est titulaire de la Croix de Guerre.

 
 
 
 
BONNAUD Albert Joseph
 
Il est né le 19 avril 1897 à Rougiers.
Soldat au 99ème Régiment d'Infanterie, il est mort des suites d'une maladie contractée en service le 7 mars 1918 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
 
CASTINEL Gonzagues
 
Fils de Evariste Castinel et de Adelphine Michel, il est né le 26 janvier 1882 à Rougiers.
Charcutier, il est incorporé au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied le 14 novembre 1903. Le 18 septembre 1904 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 2 août 1914.
Il est fait prisonnier le 28 août 1914. Il est interné à Münster.
Il est rapatrié d'Allemagne le 6 décembre 1918.
Le 11 mars 1919 il est démobilisé.
 
GUIS Armand Aimé Louis
 

Fils de Joseph Lazare Sébastien Guis et de Marie Geneviève Brun, il est né le 16 mai 1897 à Rougiers.
Il est incorporé le 17 août 1916 au 173ème Régiment d'Infanterie.
Le 24 septembre 1917 il part en renfort au 39ème Régiment d'Infanterie.
Le 28 septembre 1917 il est affecté à la 6ème compagnie.
Il est tué au combat le 20 août 1918 sur le champ de bataille de Courcelles (Oise).

 
 
GUIS Benjamin Maurice Romain
 

Il est né le 28 avril 1891 à Rougiers.
Il est incorporé au 24ème Bataillon de Chasseurs à Pied le 8 octobre 1912.
Il part aux armées le 2 août 1914.
Le 5 avril 1916 il passe au 115ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Le 3 décembre 1914 il est évacué pour pieds gelés.
Il est blessé le 4 septembre 1916 au combat de Ferest : un éclat d'obus lui cause une plaie à la cuisse droite.
Il est cité à l'ordre de la Brigade le 1 octobre 1916 : " Caporal mitrailleur. A donné à ses chasseurs le plus bel exemple du courage. A été blessé à son poste de combat en servant sa pièce sous un violent bombardement".
Il est cité le 11 juillet 1918 à l'ordre de la Brigade en 1918 : " Sergent mitrailleur d'une section d'appui dans une compagnie d'assaut, a dépassé les éléments d'infanterie et réduit deux mitrailleurs ennemis par le seul fait d'une seule de ses pièces qu'il manoeuvrait lui-même le 29 juin 1918".
Il est nommé sergent le 16 octobre 1916.
Il est tué à l'ennemi le 18 juillet 1918 à Neuilly-Saint-Front (Aisne).

Il est titulaire de la Croix de Guerre avec 3 étoiles de bronze.

 
 
GUIS Fabien Auguste Marie
 
Il est né le 15 octobre 1888 à Rougiers.
Soldat au 111ème Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 20 août 1914 à Dieuze-Bidestroff (Moselle).
 
 
 
HENRY Louis Léonce
 

Il est né le 18 août 1891 à Rougiers.

Il est mobilisé le 8 octobre 1912 au 24ème Bataillon de Chasseurs à Pied.

Il est blessé par un obus au crâne le 14 février 1915, il doit être trépané.

Il est cité à l'ordre de la Division : "A été blessé le 12 février 1915 au Sudelkopf en enterrant trois de ses camarades".

Il est titulaire de :
- la Croix de Guerre avec étoile d'argent.
- la Médaille Militaire.

 
 
HENRY Victorin Séverin
 
Fils de Séraphin Grégoire Henry et de Emilie Zoé Martin, il est né le 27 novembre 1890 à Rougiers.
Charretier, il est incorporé au 163ème Régiment d'Infanterie le 9 octobre 1911. Il est renvoyé dans ses foyers le 8 novembre 1913.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 3 août 1914.
Le 15 août 1914 il part aux armées.
Le 14 août 1919 il est démobilisé. Il se retire à Rougiers.
 
LUQUET Camille Louis François Marius
 
Fils de François Marius Luquet et de Marie Louise Luquet, il est né le 27 août 1879 à Nans.
Coiffeur, il est incorporé le 15 novembre 1900 au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Le 19 septembre 1903 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Le 19 septembre 1914 il passe au 64ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Le 12 janvier 1915 il est fait prisonnier à Crouy (Aisne).
Il est interné à Friedrichsfeld.
Il est rapatrié le 16 janvier 1919.
Le 25 mai 1919 il est démobilisé.

 
MAILLET Louis Julien
 
Il est né le 6 février 1884 à Rougiers.
Le 11 octobre 1905 il est incorporé au 3ème Régiment de Tirailleurs Algériens.
Le 19 mai 1907 il est clairon musicien.
Du 12 octobre 1905 au 1 octobre 1907 il est en Algérie.
En 1910 il passe au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Rappelé lors de la mobilisation générale il rejoint son corps le 4 août 1914.
Le 28 août 1914 il est fait prisonnier à Peronne. Il est interné à Mannheim.
Il décède de la grippe en captivité, le 15 octobre 1918, à Freiburg-im-Breisgau (Bade-Wurtemberg).
 
MARTIN Sébastien Joseph Grégoire
 
Il est né le 17 novembre 1878 à Rougiers.
Soldat à la 22ème Section des Commis et Ouvriers d'Administration, il est mort des suites d'une maladie contractée en service le 10 janvier 1919 à Dijon (Côte d'Or).
 
PASCAL Joseph François Edouard
 
Il est né le 27 février 1888 à Nans-les-Pins, mais domicilié à Rougiers.
Soldat au 3ème Régiment d'Infanterie Coloniale, il est mort en mer lors du naufrage du Provence II, le 26 février 1916.
 
RAYNAUD Louis Marceau
 
Il est né le 11 mai 1890 à Rougiers.
Soldat au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins, il est tué à l'ennemi le 20 août 1914 à Dieuze (Moselle).
 
 
 
RESTEGUE Edouard
 
Il est né le 8 février 1883 à Le Val, mais domicilié à Rougiers.
Soldat au 3ème Régiment d'Infanterie Coloniale, il est tué à l'ennemi le 1 juillet 1916 à Herbécourt (Somme).
 
 
REVEST Augustin Louis Sylvestre
 
Il est né le 7 avril 1896 à Rougiers.
Soldat au 41ème Régiment d'Infanterie, 1ère Compagnie, il est tué à l'ennemi le 18 juillet 1918 au combat d'Oeuilly Monvoisin (Marne) .
 
 
REVEST Clément Joseph Marie
 
Il est né le 11 avril 1890 à Rougiers.
Le 10 octobre 1911 il est incorporé au 111ème Régiment d'Infanterie. Le 8 novembre 1913 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale il se présente au corps le 4 août 1914.
Soldat à la 1ère Compagnie, il est porté disparu à la suite d'un combat, le 20 août 1914 à Bidestroff (Moselle).
 
 
 
REVEST Joseph Augustin
 
Fils de Constant Léandre Revest et de Aimable Marie Léonie Richaud, il est né le 8 juillet 1886 à Rougiers.
Charretier, il est incorporé le 7 octobre 1907 au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Le 25 septembre 1909 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale il se présente au corps le 4 août 1914.
Le 20 août 1914 il part aux armées.
Le 15 septembre 1914 il est évacué, blessé par un éclat d'obus à la cuisse gauche. Le 16 novembre 1914 il rejoint son unité.
Le 8 janvier 1916 il est fait prisonnier à l'Hartmannwillerkopf. Il est interné à Heuberg (incertain car difficilement lisible).
Il est rapatrié le 27 novembre 1918.
Le 30 janvier 1919 il est affecté au 141ème Régiment d'Infanterie.
Il est démobilisé le 6 avril 1919.