Poilus de Pourcieux
 
ANDRE Emile Olivier
 
Fils de Martin Ambroise André et de Marie Françoise Joséphine Barthélémy, il est né le 28 mai 1876 à Pourcieux.
Maçon, en sursis d'appel, il est incorporé au 111ème Régiment d'Infanterie le 14 novembre 1898.
Le 20 septembre 1899 il regagne ses foyers.
Du 16 au 24 avril 1913 il accomplit une période d'exercices au 113ème Régiment d'Infanterie.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il arrive au corps le 3 août 1914.
Le 17 août 1914 il embarque à Marseille en destination du Maroc. Il débarque à Rabat le 20 août 1914.
Soldat au 113ème Régiment d'Infanterie Territorial, il décède d'une péritonite le 30 novembre 1914 à l'hôpital de Dar-El-Hamri (Maroc).
Il est titulaire de la médaille coloniale, agrafe Maroc.
 
 
BOYER Albert Isaac
 
Fils de Lucien Edmond Boyer et de Guillaumette Dupuy, il est né le 8 décembre 1887 à Varages.
Vigneron à Pourcieux, il est incorporé le 6 octobre 1908 au 13ème Bataillon d'Artillerie. Le 25 septembre 1910 il est renvoyé dans ses foyers.
En avril 1913 il fait une période au 10ème Régiment d'Artillerie à pied.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il arrive au corps le 4 août 1914.
Le 11 janvier 1915 il passe au 59ème Régiment d'Artillerie de Campagne.
Le 1 novembre 1915 il passe au 121ème Régiment d'Artillerie Lourde.
Le 28 décembre 1918 il passe au 109ème Régiment d'Artillerie Lourde.
Il est démobilisé le 29 mars 1919.
 
CALZIA Humbert Ferdinand
 
Il est né le 19 août 1888 à La Seyne.
Soldat au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins, il est tué à l'ennemi le 29 juin 1915 à Metzeral (Haut-Rhin).
 
 
CHAMOUX François Albert (matricule n°406)
 

Fils de Paul Marcellin et de Marie Alix Roche, il est né à Pourcieux le 29 mai 1891.
Le 8 octobre 1912 il est incorporé au 111ème Régiment d'Infanterie.
Le 13 avril 1913 il passe au 173ème Régiment d'Infanterie.
Le 21 novembre 1913 il est nommé Tambour.
Le 2 août 1914 il part pour le front.
Le 14 septembre 1914 il est blessé par un éclat d'obus aux Eparges (plaies à la face, au cou, à l'épaule et à la cuisse gauche).
Le 30 avril 1915 il passe au 141ème Régiment d'Infanterie.
Le 1 décembre 1915 il passe au 269ème Régiment d'Infanterie.
Le 21 juin 1916 il passe au 36ème Régiment d'Infanterie.
Le 5 août 1916 il est grièvement blessé à Rouvrois sur Meuse par un éclat de torpille. Il est évacué sur l'ambulance 6/14? sur l'hôpital n°15, puis sur l'hôpital complémentaire n°20 de Meaux.
En convalescence, il est maintenu dans le service armée mais déclaré inapte pour l'infanterie et affecté dans l'artillerie.
Le 6 juin 1917 il passe au 43ème Régiment d'Artillerie en qualité de canonnier.
Le 14 juillet 1917 il est cité à l'ordre (n°782) du Régiment :"Le 5 août a été grièvement blessé en restant courageusement à son poste, sous un violent bombardement de torpilles. Bon soldat, dévoué. Avait déjà été blessé le 14 septembre 1914".
Le 3 août 1917 il est affecté au 113ème Régiment d'Artillerie.
Le 1 novembre 1917 il passe au 63ème Régiment d'Infanterie.
Le 16 novembre 1918 il passe au 57ème B.D.F.
Puis il est dirigé sur le D.T.E du 15ème Hussard à Marseille.
Le 12 mars 1919 il est mis en congé de démobilisation par le dépot démobilisateur du 141ème Régiment d'Infanterie. Il se retire à Pourcieux.

Il est titulaire de :
- la médaille de la Victoire
- la médaille commémorative
- l'insigne des blessés
- la Croix de Guerre avec Etoile de Bronze.

 

 

 
CHAMOUX Léon Marius
 
Pupille de l'assistance publique, il est né le 27 mai 1894 à Pourcieux.
Soldat au 24ème Régiment d'Infanterie Coloniale, il est tué à l'ennemi le 31 janvier 1916 à Cappy (Somme).
 
COQUILLAT Emilien Joseph
 

Il est né le 30 juin 1894 à Pourcieux.
Il est incorporé le 4 septembre 1914 au 2ème Régiment d'Artillerie de Montagne.
Le 13 octobre 1914 il est passé au 55ème Régiment d'Artillerie.
Le 3 janvier 1915 il part au front rejoindre la 7ème batterie.
Le 5 mai 1915 il est évacué, blessé par éclat d'obus à l'oeil droit. Il rejoint le corps le 15 mai 1915.
Le 22 février 1916 il est évacué, blessé.
Le 17 avril 1916 il est cité à l'ordre du Régiment : "Travaillant sous un bombardement violent le 22 février à la réfection d'un boyau de communication, a été blessé à la tête, n'a pas voulu être évacué, et a essyé de continuer son service".
Le 1 septembre 1916 il passe au 52ème Régiment d'Artillerie.
Le 17 avril 1917 il est blessé par éclat d'obus au flanc droit et à la jambe gauche à La Vandresse (Aisne).
Le 14 octobre 1917 il est de nouveau cité à l'ordre du Régiment : "Canonnier très dévoué et très courageux, a été très grièvement blessé le 17 avril 1917 pendant l'exécution du ravitaillement de sa batterie".
Il est hospitalisé à Marseille.
Le 28 juin 1918 il est affecté au 62ème Régiment d'Artillerie. Il arrive au corps le 8 juillet 1918.
Il est démobilisé le 29 avril 1919.

Il est titulaire de :
- la Croix de Guerre avec deux étoiles de bronze,
- la Médaille Militaire (1920),
- la Médaille de la Victoire,
- l'insigne des blessés.

 

 
DAUPHIN Jules Justin Félix
 

Fils de Louis Henri Célestin Dauphin et de Marie Euphrosine Julie Esprit, il est né le 21 avril 1895 à Pourcieux.
Cultivateur, il est incorporé le 17 décembre 1914 au 75ème Régiment d'Infanterie
Il faisait partie du 53ème Bataillon, lorsqu'il a été porté disparu le 8 juin 1915, présumé grièvement blessé, à Hébuterne (Pas de Calais).

Citation accompagnant l'attribution de la Médaille Militaire : "A fait preuve du plus grand mépris du danger. A pris l'avant d'une tranchée allemande, s' y est maintenu, malgré un violent bombardement de grenades. A été blessé".

 
DAUPHIN Paul Arthur Isidore ( matricule n°539)
 

Fils de Louis Henri Célestin Dauphin et de Marie Euphrosine Julie Esprit, il est né le 17 février 1897 à Pourcieux.
Charretier, il est incorporé le 9 janvier 1916 au.
Le 22 octobre 1916 il arrive au 3ème bataillon du 140ème Régiment d'Infanterie.
Le 28 mars 1917 il passe au 222ème Régiment d'Infanterie.
Le 23 décembre 1917 il masse au 86ème Régiment d'Infanterie.
Le 17 juillet 1918 il est évacué, blessé par un éclat d'obus.
Le 9 septembre 1918 il réintègre son unité et est promu caporal.
Le 1 novembre 1918 il est blessé au poignet gauche par balle dans le secteur de Vandy (Aisne).
Envoyé en congé illimité de démobilisation le 21 septembre 1919, il se retire à Pourcieux.

 
DECANIS Joachim Edouard Augustin
 

Fils de Célestin Joachim Decanis et de Marié Léa Félix, il est né le 13 octobre 1895 à Pourcieux.
Cultivateur, il est incorporé le 7 décembre 1914 au 75ème Régiment d'Infanterie.
Il a été tombé blessé le 8 août 1916 lors d'une offensive dans le bois de Contant près de Verdun (Meuse), Louis Canolle de Saint-Maximin se trouvait à ses côtés pendant la charge lorsqu'il s'est effondré, gravement blessé. Il lui a promis de venir le chercher après l'assaut. Il est revenu mais le corps de Joachim Decanis n'a jamais été retrouvé.

Citation comportant l'attribution de la Médaille Militaire "Bon soldat. Tué glorieusement à l'ennemi l8 août 1916 au Bois Contant près Verdun. Croix de Guerre avec étoile de bronze". Décret du 9 juin 1927.

 
 
 
DECANIS Antoine Marius Paulin
 
Il est né le 13 juin 1873 à Pourrières.
Boucher à Pourcieux, il est incorporé le 15 novembre 1894 au 55ème Régiment d'Infanterie.
Le 26 août 1895 il passe à la 15ème section des commis et ouvriers militaires de l'administration. Le 18 septembre 1897 il est renvoyé dans ses foyers.
Il est rappelé lors de la mobilisation générale le 4 août 1914.
Le 16 février 1915 il passe à la 15ème section des commis et ouvriers militaires de l'administration.
Il est démobilisé le 14 janvier 1919.
 
 
FABRE Eugène Paul
 
Il est né le 26 janvier 1885 à Pourcieux.
Soldat de 2ème classe à la 8ème compagnie du 163ème Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 24 février 1915 à Xivray-et-Marvoisin (Meuse)
 
 
FABRE Isidore Paul Joseph
 

Fils de Isidore Fabre et de Thérèse Morette, il est né le 15 septembre 1896 à Pourcieux.
Cultivateur, il est incorporé le 11 août 1915 au 5ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Le 5 décembre 1915, il passe au 6ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Le 28 août 1916, il passe au 1er Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc.
Il est porté disparu le 24 octobre 1916 à Douaumont (Meuse).

 
 
FABRE Marius Victor Etienne
 
Fils de Isidore Léa Fabre et de Thérèse Moutte, il est né le 26 décembre 1889 à Pourcieux.
Le 10 octobre 1911 il est incorporé au 111ème Régiment d'Infanterie. Il est renvoyé dans ses foyers le 25 septembre 1913.
Il est rappelé le 2 août 1914.
Le 20 août 1914 il est fait prisonnier à Dieuze. Il est interné à Hammelburg (Bavière).
Il est rapatrié le 14 décembre 1918 et démobilisé le 11 juillet 1919.

 
 
 
LEYDET Félix Emmanuel
 
Fils de Jean Baptiste Amable Leydet et de Claire Magdeleine Verne, il est né le 23 août 1897 à Pourcieux.
Cultivateur, il est incorporé le 17 août 1916 au 173ème Régiment d'Infanterie.
Le 27 février 1918 il passe au 7ème Régiment d'Infanterie.
Il est fait prisonnier le 31 mai 1918 à Tigny-Vierzy (Aisne). Il est rapatrié de Soltau où il est détenu en captivité le 3 décembre 1918.
Il est démobilisé le 31 août 1919.
 
MALET Damase Léopold
 

Fils de Jean Baptiste Sylvestre Malet de de Marie Eugénie Coquillat, il est né le 30 mars 1888 à Pourcieux.
Boulanger, il est incorporé le 8 octobre 1913 à la 15ème Section des Commis et Ouvriers Militaires.
Le 24 septembre 1911 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale il se présente au Corps le 4 août 1914.
Le 16 février 1915 il passe à la 1ère Section des Commis et Ouvriers Militaires à Limoges.
Le 31 mai 1916 il passe au 165ème Régiment d'Infanterie.
Le 5 septembre 1918 il est blessé par un éclat d'obus à Ecully (plaie au genou droit et au talon gauche).
Le 19 octobre 1918 il est cité à l'ordre du Grand Quartier Général : "Très bon soldat ayant une bonne attitude au feu, a été grièvement blessé lors d'un violent bombardement". Médaille Militaire.
Il est démobilisé le 19 août 1919.

 
 
MALET Raoul Jean Léon
 
Fils de Jean Baptiste Sylvestre Malet de de Marie Eugénie Coquillat, il est né le 18 avril 1892 à Pourcieux.
Boulanger, il est incorporé le 8 octobre 1913 au 31ème Régiment d'Infanterie.
Il est promu Caporal le 8 mars 1915.
Le 28 mai 1915 il passe au 92ème Régiment d'Infanterie.
Le 6 octobre 1918 il est blessé par un éclat d'obus.
Il est démobilisé le 19 août 1919.
 
MOUTTET Lazare Barnabel Benjamin
 
Il est né le 9 juin 1878 à Pourcieux.
Soldat affecté au 15ème groupe spécial, il est tué à l'ennemi le 26 juin 1916 en Tunisie.
 
MOUTTET Paul Firmin
 
Il est né le 25 septembre 1892 à Pourcieux.
Soldat au 38ème Régiment d'Artillerie, il est tué à l'ennemi le 29 août 1917 au bois Laville, commune de Baleycourt (Meuse).
 
PELOSI Siméon Augustin
 
Il est né le 23 septembre 1893 à Pourcieux.
Soldat au 5ème Régiment d'Infanterie Coloniale, il est tué à l'ennemi le 7 octobre 1917 au nord de Douaumont (Meuse).
 
 
RASPUS Aimé André
 
Il est né le 7 octobre 1895 à Pourcieux.
Cultivateur, il est incorporé le 17 décembre 1914 au 7ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Il est blessé le 18 juin 1915 à Langenfeldkopf.
Il est fait prisonnier le 8 janvier 1916 à Langenfeldkopf. Interné à Mannheim, il est rapatrié d'Allemagne le 3 décembre 1918.

 
VERANE Auguste Emilien Bienvenu
 

Fils de Hippolyte Louis Joseph Verane et de Virginie Mouttet, il est né le 22 mars 1890 à Pourcieux.
Il est incorporé le 9 octobre 1911 au 112ème Régiment d'Infanterie. Il est renvoyé dans ses foyers le 9 novembre 1913.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il arrive au corps le 3 août 1914.

Toujours au 112ème Régiment d'Infanterie, il est tué à l'ennemi le 16 septembre 1914 à Vassincourt (Meuse).

Il est décoré de la Médaille Militaire à titre posthume (1922).

 
 
VERANE Henri Victor
 
Il est né le 8 mars 1884 à Pourcieux.
Il est incorporé au 9ème Régiment de Cuirrassiers le 9 octobre 1915. Il est renvoyé dans ses foyers le 12 octobre 1907.
Il est rappelé le 2 août 1914 au 363ème Régiment d'Infanterie
Il décède des suites de ses blessures le 5 octobre 1915, à l'Hôpital mixte de Raon l'Etape (Vosges).