Poilus d'Ollières
 
ARNAUD Pascal Augustin (matricule n°1 489)
 
Fils de Augustin Jean Pierre Arnaud et de Benedicte Fabre, il est né le 12 avril 1884 à Ollières.
Entrepreneur de Travaux Publics, il est incorporé au 17ème Bataillon d'Artillerie le 9 octobre 1905.
Il est nommé 1er canonnier, puis sergent le 19 septembre 1906, et maître pointeur le dit jour.
Le 29 septembre 1907 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Le 13 juillet 1915 il passe au 44ème Régiment d'Artillerie de campagne.
Le 1 novembre 1915 il passe au 117ème Régiment d'Artillerie Lourde.
Le 1 mai 1917 il passe au 118ème Régiment d'Artillerie Lourde.
Le 30 novembre 1918 il passe au 101ème Régiment d'Artillerie Lourde.

 
BARTHELEMY Raphaël Laurent (matricule n° 2 412)
 
Fils de Jules François Barthélémy et de Rose Philippine Cortez, il est né le 31 août 1881 à Ollières.
Cultivateur il est incorporé au 11ème Bataillon d'Artillerie à Pied le 19 novembre 1902.
Du 20 novembre 1902 au 30 septembre 1905 il fait la campagne d'Agérie.
Le 30 septembre 1905 il est renvoyé dans ses foyers.
Il passe au 10ème Régiment d'Artillerie à Pied.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Il passe au 50ème Régiment d'Infanterie.
Il est porté disparu le 30 septembre 1915, à Bois-Marteau (Marne) près de Massiges.
 
BARTHELEMY Toussaint Emile (matricule n°128)
 
Fils de Félix François et de Marie Léontine Fabre, il est né le 20 mars 1892 à Hyères.
Le 11 octobre 1913 il est incorporé au 10ème Régiment d'Artillerie à Pied.
Le 1 mars 1914 il est à la 6ème batterie.
Le 1 avril 1914, il est 2ème canonnier servant.
Il est présent sous les drapeaux lors de la mobilisation générale du 2 août 1914.
Le 21 février 1916 il passe au 6ème groupe d'artillerie à pied d'Afrique.
Le 3 février 1917 il passe au 3ème Régiment d'Artillerie à Pied.
Le 21 octobre 1917 il passe au 70ème Régiment d'Artillerie Longue Portée.
Le 23 avril 1919 il est mis en congé illimité de démobilisation. Il se retire à Ollières.

 
BREMOND Eugène (matricule n°485)
 
Fils de Etienne Joseph et de Léontine Anaïs Chioux, il est né le 4 juin 1893 à Ollières.
Charretier, il est incorporé le 27 novembre 1913 au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Le 21 août 1914 il est blessé au combat de Dieuze par un coup de feu qui lui cause une éraflure du creux polpité droit.
Il est fait prisonnier le 17 juin 1915 à Metzeral. Il est interné à Ludwigsburg - Eglosheim.
Il est rapatrié le 4 décembre 1918.
Le 16 août 1919 il est démobilisé.
 
 
 
BREMOND Louis Léopold (matricule n°522)
 

Fils de Etienne Joseph Bremond et de Léontine Anaïs Chioux, il est né le 22 juillet 1889 à Ollières.
Cultivateur,il est incorporé le 5 octobre 1910 dans le 158ème Régiment d'Infanterie;
Le 25 septembre 1912 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale il se présente au corps le 4 août 1914 il est incorporé dans le 4ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Il participe à la bataille des Flandres et aux combats dans la région d'Ypres.
Au mois de novembre 1916, le 4ème Régiment d'Infanterie Coloniale est affecté à la 16ème Dision Coloniale avec laquelle il part pour l'Orient.
Il est cité à l'ordre du régiment (ordre n°245 du 4ème Colonial) le 18 août 1916 et décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.
Le 17 juillet 1917, il est blessé par un éclat d'obus près de Monastir (Macédoine). Il est amputé de la cuisse gauche.

 
BREMOND Marcel Joséphin (matricule n°535)
 
Fils de Etienne Joseph Bremond et de Léontine Anaïs Chioux, il est né le 23 juin 1897 à Ollières.
Cultivateur, il est incorporé le 21 août 1916 au 8ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Le 28 février 1917 il rejoint le front avec le 9ème Bataillon du 3ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Le 22 septembre 1917 il passe à la 12ème compagnie du 5ème Régiment d'Infanterie Coloniale.
Le 16 octobre 1917 il est évacué, malade. Le 30 novembre 1917 il réintègre son unité.
Le 23 juillet 1918 il est blessé par balle à la jambe gauche, au cours d'une attaque à Mailly-Raineval (Somme) où il s'est particulièrement signalé. Le 26 septembre il réintègre son unité.
Le 21 janvier 1919 il est cité à l'ordre du Régiment :"Soldat très brave".
Il est démobilisé le 26 septembre 1919.
 
CHIOUX France Elie (matricule n°118)
 
Fils de Louis Guillaume Chioux et deMarie Rose Françoise Bellon il est né à Ollières le 24 juin 1895.
Cultivateur, il est incorporé le 9 août 1916 au 22ème Régiment d'Infanterie Colonial.
Le 5 mai 1917, il passe au 52ème Régiment d'Infanterie Colonial.
Le 26 juin 1917 il est cité à l'ordre du Régiment (n°422) "Soldat courageux et plein d'initiative. A entrainé merveilleusement ses camarades dont le chef était tombé - Croix de Guerre avec Etoile de Bronze".
Le 19 février 1919 il passe au 33ème Régiment d'Infanterie Colonial.
Le 22 avril 1919 il passe au 33ème Régiment d'Infanterie Colonial de marche.
Le 13 septembre 1919 il est démobilisé.
 
COQUILLAT Joachim Félix (matricule n°2 402)
 
Fils de Guillaume Pascal Coquillat et de Félicie Thérèse Cheilan, il est né le 29 décembre 1881 à Olières.
Cultivateur, il est exempté en 1902, 1903 et 1904 pour bronchite chronique.
Rappelé, il est déclaré bon pour le service armée le 12 décembre 1914.
Le 23 février 1915 il est affecté au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied.
Le 18 novembre 1917 il est cité à l'ordre du Bataillon : "A eu une belle attitude le 23 octobre à l'attaque du plateau de Malmaison - Croix de Guerre avec étoile de bronze".
Il est démobilisé le 8 mars 1919. Il se retire à Ollières.
 
FABRE Alfred Marius (matricule n°245)
 
Fils de Félicien Fabre et de Marie Marguerite Verlaque, il est né le 27 octobre 1888 à Ollières.
Le 6 octobre 1909 il est incorporé au 112ème Régiment d'Infanterie.
Le 21 septembre 1911 il est renvoyé dans ses foyers.
Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914. Il est incorporé au 112ème Régiment d'Infanterie.
Le 20 août 1914 il est fait prisonnier à Dieuze.
Il décède en captivité le 28 mai 1915, à l'hôpital de Cassel en Allemagne (ex-Prusse).
 
 
FABRE Joseph Jean Baptiste (matricule n°415)
 

Fils de Ursulle Henriette Fabre, il est né le 14 mai 1891 à Ollières.
Cultivateur, il est incorporé le 10 octobre 1912 au 9ème Régiment de Hussards.
Le 21 février 1916 il est détaché et affecté au 27ème Bataillon de Chasseurs comme ordonnancedu capitaine Dumoullin.
Le 31 mars 1917 il est cité à l'ordre du bataillon :" N'a pas hésité à accomplir aux côtés de son lieutenant les missions les plus périlleuses, a toujours été un agent de liaison d'une bravoure remarquable au cours des journées 25,26 et 27 septembre 1916".
Le 3 mai 1918 il passe au 9ème Régiment de Hussards.
Le 19 juillet 1919 il est démobilisé.

Il est titulaire de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

 
FLAYOL Henri Emile Joseph (matricule n°195)
 
Il est né le 8 juillet 1888 à Ollières.
Soldat au 11ème Cuirassier à pied, il a été trouvé mort sur le champ de bataille le 5 mai 1917 à Laffaux (Aisne).
 
 
MOUSTIER Xavier Romain
 

Fils de André Cyr Moustier et de Marie Françoise Fabre, il est né le 6 mai 1881 à Ollières.
Cultivateur, il est incorporé le 14 novembre 1904 au 111ème Régiment d'Infanterie. Le 23 septembre 1905 il est renvoyé dans ses

Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Il passe au 363ème Régiment d'Infanterie de Nice.
En 1916 il intègre la 7ème puis la 24ème section de Commis et Ouvriers militaires d'Administration.
Le 21 février 1917 il rejoint à Remiremont le 9ème bataillon du 97ème Régiment d'Infanterie et deux mois plus tard le 214ème Régiment d'Infanterie.
Le 26 mai 1917 il est dans l'Aisne. Des détachements allemands avancent, mais ils sont stoppés par les troupes françaises.
Le lendemain, 27 mai 1917, l'artillerie allemande déclenche un déluge d'obus, dont nombreux à l'ypérite. La fumée à peine dissipée, l'infanterie donne l'assaut et investit le chemin des Dames où Xavier Moustier est fait prisonnier.
Il est i nterné à Schneidemühl en Pologne (Pila)
Il est rapatrié le 20 janvier 1919.
Il est démobilisé le 9 mars 1919.

 
 
REBUFFAT Odille Adrien Baptiste (matricule n°2 420)
 

Fils de Jean Joseph Rebuffat et de Marie Elisabeth Aillaud, il est né le 15 avril 1884 à Ollières.
Cultivateur, il est incorporé le 8 octobre 1906 au 111ème Régiment d'Infanterie.
Il est renvoyé dans ses foyers le 1 mars 1908.
Rappelé pour la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Le 19 avril 1917 il est blessé par balle à l'épaule gauche au fort de Brimont.
Le 8 août 1917 il passe au 115ème Régiment d'Infanterie.
Le 26 septembre 1918, il est blessé à la main par un éclat d'obus dans le secteur de Bregues.
Il est démobilisé le 10 mars 1919.

 
 
VERANE Célestin Henri (matricule n°444)
 
Fils de Jean Baptiste Hyppolite et de Marie Anne Florent, il est né le 19 juillet 1897 à Ollières
Le 9 janvier 1916 il est incorporé au 159ème Régiment d'Infanterie.
Le 3 octobre 1916 il passe au 52ème Régiment d'Infanterie.
Le 23 octobre 1916 il passe au 157ème Régiment d'Infanterie.
Le 25 mars 1917 il passe au 5ème Régiment d'Infanterie.
Le 18 juillet 1918 il est blessé par balle à la jambe gauche.
Il décède le 17 septembre 1919, des suites de maladie contractée en service (tuberculose pulmonaire), à Besse-sur-Issole (Var).
 
VERANE Léopold Clément (matricule n°239)
 

Fils de Léandre Pierre Verane et de Rosalie Françoise Verane, il est né le 7 septembre 1888 à Ollières.
Le 6 octobre 1909, il est incorporé au 112ème Régiment d'Infanterie. Il est renvoyé dans ses foyers le 24 septembre 1911.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il se présente au corps le 4 août 1914.
Il passe au 111ème Régiment d'Infanterie.
Le 27 août 1915 il est promu caporal.
Le 20 mars 1916, il est blessé à l'humérus gauche par un éclat d'obus au bois de Malancourt.
Le 19 juin 1918 il passe au 246ème Régiment d'Infanterie.
Le 7 septembre 1918 il passe au 168ème Régiment d'Infanterie.
Le 22 juillet 1919 il est démobilisé.

Il a été cité à l'ordre du Régiment par le général commandant la 21e DI : "Le caporal Verane Léopold Clément - Bon soldat ayant toujours eu une belle attitude au feu. A été blessé 3 fois dans l'accomplissement de son devoir."

Le 30 août 1918 il a été cité à l'ordre du 246ème Régiment d'Infanterie (n°448) : "Très bon caporal. Volontaire pour les patrouilles. Au cours des combats du 17 au 22 août a exécuté plusieurs reconnaissances en avant de nos lignes, cherchant le contact avec l'ennemi et rapporté des renseignements précieux - Croix de Guerre".

Le 12 mars 1928 il a été décoré de la Médaille Militaire.

 
 
VERANE Louis Joseph (matricule n°386)
 

Fils de Léandre Pierre Verane et de Rosalie Françoise Verane, il est né le 10 mars 1890 à Ollières.

Le 9 octobre 1911, il est incorporé au 112ème Régiment d'Infanterie. Il est renvoyé dans ses foyers le 9 novembre 1913.

Rappelé le 3 août 1914 au 112ème Régiment d'Infanterie, il décède le 20 août 1914, des suites de ses blessures à Dieuze (Moselle).

La médaille Militaire lui a été attribuée à titre posthume.

 
   
VERNE Marius Désiré (matricule n°1 901)
   
Fils de Célestin Victor Verne et de Marie Barlatier, il est né le 26 juin 1883 à Ginasservis.
Cultivateur, il est incorporé le 15 novembre 1904 au 27ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Le 12 juillet 1907 il est renvoyé dans ses foyers.
Le 15 janvier 1912 il passe au Régiment d'Infanterie de Toulon.
Rappelé lors de la mobilisation générale il se présente au corps le 2 août 1914..
En septembre 1918 il est cité à l'ordre du Régiment : "Bon soldat qui a fait preuve de courage et de dévouement, notamment pour le ravitaillement de la compagnie au cours de l'offensive de septembre 1918".
Il est démobilisé le 10 mars 1919.