Les remparts aujourd'hui disparus
Au moins deux enceintes ont ceinturé Saint Maximin :
- l'enceinte primitive, édifiée au XIIème siècle, peut encore être observée dans certaines caves des Arcades car les maisons, lors de leur construction ont été adossée au rempart,
- le seconde, englobant la première, a été construite sous Charles II d'Anjou, à partir de 1306.
Au gré des sièges, les remparts ont ensuite détruits et reconstruits plusieurs fois, mais toujours sur le même tracé.
Leur destruction demandée par la municipalité et accordée par arrêté royal du 10 décembre 1828, s'est échelonnée de 1829 à 1850 environ.
Les deux enceintes de remparts
Les remparts de 1306 comptaient quatre portes : la porte d'Aix (à l'ouest), la porte d'Aygadier (au nord), la porte de Barboulin (à l'est), la porte de Marseille. En 1776 une cinquième porte appelée porte Neuve est aménagée dans les remparts du côté nord, dans le prolongement de la rue Denfert-Rochereau appelée alors rue de la Porte Neuve.
 
La dernière enceinte de remparts (extrait cadastral de 1811)
 
 
La porte d'Aix
 
 
La porte de Barboulin
 
 
Porte de Marseille
 
 
Porte d'Ayguadier et Porte Neuve
 
 
Représentation du rempart sud en octobre 1831
 
 
Le rempart nord, probablement au moment de sa destruction (entre 1830 et 1850)
 
 
Un vestige des remparts que l'on peut observer à Barboulin
 
 
Une autre partie de ce rempart derrière la face est du couvent
 
 
7 avril 2018 : On peut mesurer l'épaisseur du rempart derrière la Basilique