Les sièges que la ville a subis

 
Au cours de son histoire la ville de Saint Maximin a été assiégée, prise et saccagée plusieurs fois.
 
22 août 1357
Des bandes de soldats indisciplinés, désoeuvrés, rescapés du désastre de Poitiers où Jean le Bon a été fait prisonnier, ravagent la région. L'une d'entre elle formée de Gascons avec à leur tête Armand de Cervole surnommé l'Archiprêtre, vient faire le siège de Saint Maximin. Ils prennent la ville, la saccagent et rançonnent ses habitants.
 
août 1524
Venant de Gênes, après avoir traversé Nice, le connétable de Bourbon au service de Charles Quint, envahit la Provence le 30 juin 1524. Il s'empare successivement de Fréjus, de Brignoles et Saint Maximin.
Après qu'Honoré Puget lui ait remis les clés des portes d'Aix le 7 août 1524, Bourbon prend le titre de Comte de Provence et entreprend le siège de Marseille le 19 août 1524.
Le 29 septembre, pris en tenaille, il est contraint de se replier en désordre.
Du 11 au 13 octobre les troupes Impériales séjournent de nouveau à Nice avant de regagner l'Italie.
 
août 1536
En février 1536, les troupes de François 1er occupent la Savoie et le Piémont. Durant l'été, les Impériaux parviennent à chasser les Français du Piémont, et poursuivent leur marche vers la Provence.
Le 26 juillet, Charles Quint, à la tête de son armée, franchit le Var. Il ne rencontre guère de résistance et pense se rendre rapidement maîtres de ce territoire.
Face à lui, se trouve le Duc Anne de Montmorency nommé par le roi de France lieutenant général en France et en Italie. Ce dernier évite l'affrontement direct, il préfère une tactique consistant à se dérober à toute bataille rangée et à harceler l'armée Impériale.
En même temps, il adopte une terrible politique de la terre brûlée afin d'affamer un ennemi qui s'est coupé de ses arrières. Toute la Basse-Provence est dévastée par l'armée française : les réserves et moulins sont détruits, les puits bouchés, le bétail dispersé.
Les habitants des villes ne disposent que de quelques jours pour détruire ou emporter tout ce qui pourrait servir à l'ennemi. Successivement les troupes de Charles Quint pénètrent sans combattre dans les villes de Brignoles, Saint-Maximin, Trets qu'ils trouvent désertes.
Le 10 août Charles Quint entre dans Aix, mais là encore il trouve la ville totalement vide. Dans la cathédrale Saint Sauveur il se fait proclamer roi d'Arles et Comte de Provence.
C'est à partir de ce moment là que la sratégie du Duc Anne de Montmorency se révèle payante. Les troupes immobilisées à Aix sont affamées et victimes de maladies. Les soldats chargés de se procurer du ravitaillement dans les campagnes environnantes sont systématiquement attaqués et leurs convois pillés par les Français.
Le 2 septembre Montmorency annonce que la disette et l'épidémie de dysenterie a causé des ravages dans les rangs de l'ennemi.
Le 24 septembre Charles Quint est contraint de battre en retraite. Lorsqu'il repasse le Var, il a perdu vingt mille hommes, mais la Provence n'est plus que désolation.
 
du 4 au 22 août 1590
Les troupes de Charles Emmanuel 1er, duc de Savoie, commandées par le comte de Martinengue font le siège de Saint Maximin qui avait pris le parti des "Bigarrats", c'est à dire du roi, contre les Ligueurs. Selon les historiens de l'époque, la ville a été vaillamment défendue par Valavoire et par le capitaine Chambaud. Après 15 jours de résistance farouche les assiégeants sont repoussés.
Henri IV en reconnaissance de la bravoure des Saint Maximinois, accorde à la ville de "brocher une fleur de lys d'or" sur ses armes.